Voir l'état des eaux et son évolution - rivières et aquifères

A partir des données brutes mises à la disposition du public, des citoyens élaborent et partagent une information indépendante sur l'état de l'environnement

ACCUEIL
VOIR L'ETAT DES EAUX
COIN CALCUL
AGIR POUR L'EAU
LES SOUTIENS
Contact
Qualité générale
Micropolluants chimiques
Quantité
Vie aquatique
Les cartes interactives

La rivière "la Vilaine" à Rieux (1) : hausse des concentrations de nitrates de 1971 à 2008


Résumé : un exemple de hausse importante et durable des teneurs en nitrates dans un cours d'eau à cause de l'agriculture intensive.


La Vilaine est située dans le massif armoricain. Elle draine plus de 10000 km2 de paysages principalement d'agriculture intensive mais aussi d'un peu de forêts et de zones urbaines. Elle se jette dans l'océan Atlantique, en baie de Vilaine. Elle représente assez bien la problématique des nitrates dans un grand bassin versant de l'ouest, que ce soit au niveau des concentrations mesurées que des flux déversés dans l'océan.

Méthode

Les concentrations en nitrates sont mesurées à la station de qualité 04216000 située en aval de la rivière. Elles sont téléchargées à partir du site de téléchargement des données brutes du portail de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne. On dispose de données depuis 1971 à nos jours, avec au moins une mesure par mois depuis les années 80, sur de l'eau filtrée.

Eau-Evolution a choisi de remplacer les quelques valeurs (9 exactement) en-dessous des limites analytiques ("Anal.-Remarque"=2) par la valeur de la limite indiquée correspondante. On aurait pu décider de les remplacer par zéro ou par la moitié de la limite indiquée.

Les concentrations mensuelles sont plus faciles à représenter sur une aussi longue période que les concentrations ponctuelles. Eau-Evolution a choisi de présenter les concentrations mensuelles maximales plutôt que les concentrations mensuelles moyennes. Si un mois comporte par exemple deux mesures, la concentration maximale, qui peut très bien traduire la réalité des concentrations dans l'eau pendant la moitié du mois ou plus, reflète bien mieux (en particulier pour les organismes qui ne vivent pas longtemps mais qui sont à la base de la chaine alimentaire) l'impact potentiel sur la vie aquatique qu'une concentration moyenne sur le mois. Les essais préliminaires ont montré que la courbe des concentrations moyennes avait la même allure que celle des concentrations maximales.
De façon générale, les moyennes sont à utiliser avec beaucoup de précaution, surtout lorsque l'on s'adresse à la nature. Un poisson, une algue ou un petit invertébré ne vit pas dans une qualité d'eau "moyenne". Un SDF ne meurt pas d'une température moyenne hivernale, une crue peut passer inaperçue dans un débit moyen, etc.
Par ailleurs, ce type de graphique permet de voir facilement si les données mensuelles existent ou pas pour les périodes de l’année qui correspondent aux minimums ou aux maximums des concentrations en nitrates.

Les données sont traitées avec Excel 2007.

Résultats

Afin de faciliter l'interprétation du couplage pluviométrie/concentrations en nitrates, Eau-Evolution a choisit d'utiliser pour ses différentes représentations graphiques des échelles de temps qui respectent les grands cycles pluviométriques pluriannuels. On trouvera dans "La pluviométrie annuelle en France des années 1950 à nos jours" une aide importante pour interpréter la qualité de l’eau et son évolution (il ne s'agit malheureusement que de données globales par année et nationales). L'article La rivière la Vilaine (3) : évolution des débits de 1970 à 2008 fournit des éléments d'interprétation plus précis pour le graphe suivant qui montre l’évolution des concentrations depuis 1971 :

Les morceaux de courbe absents correspondent aux données manquantes.

Au cours d'une même année, les concentrations en nitrates augmentent en hiver, avec les lessivages des sols par les pluies. Elles restent élevées au début du printemps et chutent pendant les étiages à la fin de l'été. Les concentrations maximales passent d'environ 5 mg/l en 1971 à 67 mg/l en 1992 !
Ces dernières années, elles se maintiennent de façon assez stable entre 38 et 48 mg/l, ce qui reste encore très élevé pour une rivière de cette taille. Cela signifie qu’avec les mêmes pratiques, l'on peut certainement rencontrer des concentrations encore plus élevées sur des bassins versants plus petits du même secteur géographique.

Les deux graphiques suivants permettent de mieux suivre les évolutions des concentrations à des périodes stratégiques :
  • L'hiver avec les pics de concentration et d'apports à l'océan
  • Le début du printemps avec l'éclosion et le développement des jeunes organismes aquatiques a priori sensibles à toutes formes de pollution, et à leur effet synergique (nitrates + pesticides + HAP + PCB + etc.)

Chacune des 3 courbes ci-dessus montre l'évolution des concentrations de 1971 à 2008, respectivement pour les mois de janvier, février et mars.


Chacune des 2 courbes ci-dessus montre l'évolution des concentrations de 1971 à 2008, respectivement pour les mois d'avril et mai.

Il y a un lien marqué entre les cycles pluviométriques pluriannuels et les cycles des concentrations de nitrates. Les évolutions ne peuvent donc se constater que sur un terme suffisamment long qui prenne en compte plusieurs cycles pluviométriques.
Tous ces graphiques montrent que les concentrations élevées ont certainement baissé par rapport à celles rencontrées durant les cycles pluviométriques précédents qui couvrent les années 89 à 2002. En particulier, les remontées pluviométriques de 2006/2007 qui constituent apparemment le début d'un nouveau cycle pluviométrique n'ont pas provoqué la même croissance des concentrations dans les cours d'eau que par exemple lors des débuts des derniers grands cycles pluviométriques de 92/94 et 98/2000.
Mais au vu des seules concentrations (voir La rivière "la Vilaine" à Rieux (2) : deux millions de tonnes de nitrates en trop déversés à l'océan depuis 1971) et compte tenu de la variabilité interannuelle importante des conditions hydrologiques, on ne peut pas encore évoquer de tendance récente, c'est-à-dire depuis 2003, à la baisse.
On a ainsi laissé les concentrations maximales se multiplier par un facteur 10 depuis les années 70 !

Alors, la question de gros bon sens : cécité durable vis-à-vis des données de l'environnement et/ou inaction durable ? Et le bon état des eaux en 2015 ?




Création : 30 décembre 2008
Dernière actualisation :

Commentaires (fermés depuis mars 2014)

Cyrille WWF, le 2009-09-25 08:31:50

30 ans ont suffis à rompre un équilibre millénaire, avec une multiplication de la concentration par 10 : NON ce n’est pas dû au hasard, et ce n’est pas une fatalité comme certains voudraient le laisser entendre ! On a certes des nitrates dans nos cours d’eau en absence d’activités humaines, mais dans une fourchette de 2-5mg/l (on a toujours des nitrates issus de l’activité microbienne : dégradation de la MO). Rappelez vous qu’une espèce bioindicatrice digne de ce nom comme la moule d’eau douce (espèce prioritaire, en d’extinction au niveau national) a besoin pour boucler son cycle de 2mg/l maxi. de nitrates ! Cette espèce était là bien avant nous, et sa disparition tient en partie à une dégradation qualitative sur le paramètre nitrates de notre ressource en eau ! On pourra toujours définir des indicateurs de bon état écologiques et être conforme à la DCE, sur un paramètre aussi simple que les nitrates on voit bien que si on veut être rigoureux sur une approche indicateurs et être ambitieux, il faut mettre la barre haute, ce qui n’est vraisemblablement pas la voie prise par la France ! Combien d’années faudra t’il pour retrouver une qualité digne de ce nom sur un paramètre aussi simple que les nitrates ! Le Bon état en 2015 sur les niveaux de 1977, peut être si l’on ne recherche pas ce paramètre en décembre ou janvier ! Tout est question de méthode et de rigueur : bas l’essentiel diront certains est d’éviter les contentieux avec Bruxelles !


Site créé en décembre 2008 avec le soutien du WWF. En veille depuis mars 2014. Merci de votre visite. Informations légales et politique éditoriale